Sélectionner une page

09/09/2014 : Etape 3, Avajan – Massat

09/09/2014 : Etape 3, Avajan – Massat

Une nouvelle fois, nous avons eu de forts orages toute la soirée d’hier, cette nuit… Et ce matin au réveil : ciel quasi dégagé ! Nous avons eu beaucoup de chance car d’imposants nuages arrivaient de la vallée d’Aure et commençaient à envahir la vallée du Louron, juste quand nous partions.

Ce matin, nous avions 15 minutes de retard sur les 15 minutes habituelles… Vous en déduirez que nous sommes partis tranquillement à 8 h 30.

Le moulin d’Avajan. Petit coin de paradis où tout est quasiment produit par les propriétaires !

Ce matin, c’était pire que tout. Pas 2 mètres pour s’échauffer. Nous quittons le chemin du gîte, tournons à droite et zou, nous sommes sur la première rampe du col de Peyressourde. La montée est calme, l’air est frais, les paysages sont de toute beauté…

La vallée du Louron (au loin, la station de ski de Val Louron)

Du gîte, le col de Peyressourde n’est pas très long. Seulement 9 km. Mais il n’est pas non plus très très facile. Certains km sont exigents et nous le montons relativement doucement en guise d’échauffement.

Puis c’est la descente très roulante vers Luchon, où nous atteignons facilement les 75 km/h. Nous allons chercher le col des Ares, deuxième difficulté du jour. Même si ce joli petit col n’est pas des plus impressionnants. 7 km très réguliers et pas trop pentus nous permettent de l’avaler !

Nous déjeunons après avoir basculé du col des Ares, dans un petit coin très sympathique. Une nouvelle fois, notre assistance fait des merveilles, avec même des pates cuites sur place avec un réchaud, si ça c’est pas du luxe !!!

Avec ce bon repas, nous partons pour le col redouté du jour : le Portet d’Aspet. 4,4 km… Une récréation ! Sauf que certaines rampes affichent des % vertigineux, dont une à 16 %. Autant dire qu’on est cloué sur le vélo.

Ceci dit, ce petit col boisé est des plus jolis.

Il ne nous reste plus qu’à enfiler les 20 km qui nous séparent de St Girons. Le temps que le soleil ne perce pour de bon. Puis il faut remonter un fond de vallée très joli en bordure de rivière jusqu’à Massat. Nous roulons à allure régulière à 28-30 km/h sur cette portion de 25 km qui monte calement mais sans discontinuer, pour finalement arriver de très bonne heure à Massat.

16 h 30, nous arrivons à l’hôtel. Cela fait plaisir d’arriver si tôt par rapport à hier. Nous aurons le temps de bien récupérer. La journée fut très agréable, car petite étape (130 km) et seulement 3 cols mais pas de “monument”. Une journée de transition finalement 🙂

Demain, dernière journée entière de vélo, avec en grand col le Puymorens. Mais ça, on verra demain. Ce soir, nous sommes à Massat (Arriège), il fait soleil, le moral des troupes est au plus haut.

A propos de l'auteur

ACS

4 commentaires

  1. BARTHET Claude

    Bjr à tous. Bravo pour ce que
    Bjr à tous. Bravo pour ce que vous êtes en train de réaliser. Enchainer tous les jours les plus grands cols Pyrénéens, ça demande beaucoup de qualités physiques et morales.
    Denis, après Paris Roubaix, ta carte de visite s’enrichit, quels souvenirs pour tes vieux jours!
    J’ai beaucoup d’admiration pour ce que vous faites.
    Bonne fin de parcours. Amitiés

  2. Domi Lapierre...

    Le col de Peyresourde et pas
    Le col de Peyresourde et pas un mot sur les crêpes ! C’était pas ouvert sans doute, mais vous auriez pu en profiter tellement vous avez l’air facile…
    Bon, moi je voulais vous envoyer le bouquet du vainqueur mais pas moyen de joindre de photo… je vais faire autrement !
    Bon courage pour la suite, ça sent l’écurie.

  3. Mamaudou

    Hendaye – Cerbère 2014,
    Bravos à tous.

    @Steph, vu que l’orage te suit ou c’est toi qui suis l’orage (peu importe), tu peux encore y rester une semaine, le temps pour nous de profiter du beau temps bordelais…:)

    Bon courage à tous.

  4. Claude Dubez

    Est ce que la patronne du
    Est ce que la patronne du restaurant à Massat t’a offert le reliquat de pâtes pour le lendemain cette année? Et les 2 copains qui tiennent l’hôtel vont-ils bien? Allez courage demain le Puymorens, montée douce de Saillagouse à Mont-louis et descente infernale pour l’arrivée comme tu sais les faire. Jean-Paul t’attend à son hôtel, tu lui fait le bonjour de ma part.
    Courage, Claude